Suivez-nous

  • LinkedIn - Gris Cercle
  • Twitter - Gris Cercle
  • YouTube - Gris Cercle

Les Corporate PPA pour un approvisionnement vert

Etat des lieux du marché, positionnement des acteurs et perspectives de développement

Le développement des Corporate Power Purchase Agreement (PPA) s’accélère en Europe, porté par une demande croissante des grandes entreprises. La signature de ces contrats de long-terme, qui assurent au consommateur un approvisionnement en énergie verte, a ainsi été multipliée par 10 en 5 ans pour atteindre 5,7 GW de puissance contractualisée à fin 2018. Alors que la France s’ouvre progressivement à ce type de transaction, à l’image du récent Corporate PPA signé entre la SNCF et Voltalia pour 143 MW,  Sia Partners évalue le marché annuel en 2023 à un peu plus de 350 millions d’euros en France et entre 1 et 3 milliards d’euros en Europe.

Télécharger l'étude complète

FR

EN

 
 
L'essor des Corporate PPA en Europe est aujourd'hui porté par un nombre restreint de pays moteurs

Le Corporate PPA est un contrat d’approvisionnement d’énergie long-terme signé entre une entreprise, le plus souvent de dimension internationale, et un producteur d’ENR. Portée initialement par les Etats-Unis, l’émergence des Corporate PPA en Europe s’accélère (x10 en 5 ans pour atteindre 5,7 GW cumulés à fin 2018), démontrant une confiance plus grande de l’ensemble des protagonistes de la chaine de valeur dans ce type de contrat. Celui-ci permet en effet de répondre à des enjeux majeurs tant pour l’acheteur (visibilité des coûts, couverture contre la volatilité du marché, politique RSE) que pour le développeur qui sécurise la rentabilité de ses investissements quand les mécanismes de soutien apportent moins de garanties sur le long-terme.

Une disparité de développement des Corporate PPA existe entre pays européens. Les pays scandinaves, le Royaume-Uni ou encore les Pays-Bas ont une longueur d’avance dans les puissances contractualisées par rapport à d’autres marchés potentiels tels que la France, l’Allemagne ou l’Espagne.

Une étude comparative entre ces pays européens fait ressortir 4 grands facteurs d’influence pour expliquer ces différences de puissance contractualisée :

 
 
Cette dynamique des Corporate PPA entraine une structuration progressive du marché et des acteurs en Europe

Depuis leur émergence en 2013, le positionnement des acteurs de l'énergie impliqués dans des Corporate PPA a connu une évolution en 2 phases :

  1. Ce sont d’abord les petits/moyens acteurs de l’énergie qui se positionnement, profitant d'une confiance encore faible sur ce type de contrat avec des capacités assez restreintes.

  2. C’est en 2017 qu’une rupture s’opère : les gros acteurs des énergies renouvelables, aux profils variés, se positionnent et profitent de leur force de frappe. Le tissu d’entreprises se densifie et les projets font appel à de plus grandes capacités démontrant une confiance grandissante dans les Corporate PPA.

Par ailleurs, les acteurs intermédiaires qui interviennent entre les producteurs/développeurs et les consommateurs vont avoir un rôle croissant à jouer dans la signature des Corporate PPA. En effet, ils peuvent proposer d’accompagner l’achat de la production d’électricité d’un parc EnR au bénéfice exclusif de leurs clients et apportent une expertise technique, juridique et économique aux différentes parties du contrat.

Le profil des acheteurs connait lui aussi une évolution récente. Si la majorité des Corporate PPA en Europe ont jusqu’ici été signés par des grandes multinationales (plus de 35 000 employés et un chiffre d’affaire supérieur à 10 milliards d’euros), notamment du secteur de la métallurgie et du numérique, la tendance est aujourd’hui à l’ouverture de ce type de contrats à des acheteurs de taille plus modeste qui bénéficient des retours d’expériences positifs.

 
En France, des perspectives de développement sur l’éolien liées aux sorties d’Obligation d’Achat

A moyen terme, les Corporate PPA en France devraient être favorisés par une conjonction de facteurs : hausse des prix de marché de l’électricité qui renchérissent les coûts d’approvisionnement des entreprises, diminution annoncée des coûts de production d’électricité renouvelable, et sorties d’Obligation d’Achat de nombreux parcs EnR dans les années à venir. La France bénéficie également d’un potentiel technique éolien et solaire significatif pour les Corporate PPA : au 3GW de sortie d’OA prévus entre 2018 et 2023 viennent s’ajouter les objectifs de la Programmation pluriannuelle de l'énergie (12GW de nouvelles capacités éoliennes et 10 GW de nouvelles capacités solaires installées d’ici 2023), pour un total de 25GW en 2023.

En ne considérant que seules les installations en sortie d’OA contractualisent des Corporate PPA, le marché français s’évalue à un peu plus de 350 millions d’euros en 2023. A noter que des nouvelles installations solaires du sud-est de la France, qui bénéficient d’un fort ensoleillement, peuvent désormais se passer du complément de rémunération (sur la base des objectifs du SRADDET, Sia Partners évalue à 2GW le potentiel solaire au sol de la région PACA d’ici 2023). Il est donc attendu que certaines de ces installations soient contractualisées sous forme de Corporate PPA dans les prochaines années. 

Des politiques européennes volontaristes restent néanmoins à enclencher pour réussir à déverrouiller le marché des Corporate PPA

Au niveau européen, le marché est évalué entre 1 et 3 milliards d’euros à l’horizon 2023. Les récentes directives européennes tiennent compte de l’émergence de ces nouveaux types de contrats, et encouragent les Etats-membres à en faciliter le recours. Leurs retombées restent cependant modérées car elles ne lèvent pas encore tous les verrous nécessaires aux développements des Corporate PPA en Europe.

 

Téléchargez l'étude dans son intégralité

FR

EN

Reprises presse

Les Echos logo.png
Abonnez-vous à notre newsletter afin de recevoir par mail les prochaines études EnergyLab dès leur publication